Nature Morte

(J.M. Cano - Adapt. française: D. Burgard - M. Penalva)

 

aidalai france

 

Avant le soleil

Ana et Miguel

Déjà s'enflamment.

 

Elle sur lui, tels quels,

Homme, femme, pêle-mêle,

Font s'embraser les draps...

 

Et l'océan qui est fou d'Ana

Détourne le regard

Car la jalousie n'épargne,

Ni le sel, ni les algues, ni même les vaques...

 

Avec le soleil,

Déjà Miguel

Est sur sa barque,

-Embrasse-moi Amour

Et attend mon retour

Tranquille sur la plage-

 

L'océan murmure dans son langage:

-Misérable pêcheur!

Tu peux lui faire tes adieux,

Jamais plus je en partagerai son cœur!-

 

Et pleurer, et pleurer, et pleurer Miguel,

Et attendre, et attendre, et attendre fidèle

Sur le rivage qu'il revienne vers elle...

 

On dit au village

Que cette roche

Blanche, c'est Ana.

 

Recourverte de sel et de corail,

Elle l'attend sur la plage...

-En l'attends plus triste fille de pierre,

Miguel ne viendra pas

L'océan le tient prisonnier,

Pour pouvoir seul te prendre dans ses bras-

 

Et pleurer, et pleurer, et pleurer Miguel,

Et attendre, et attendre, et attendre fidèle

Sur le rivage qu'il revienne vers elle...

 

Il y a même des gens qui racontent

Que quend gronde la tempête,

C'est Miguel luttant à mort,

Qui fair bondir les vagues jusqu'au ciel...

 

Et pleurer, et pleurer, et pleurer Miguel,

Et pleurer, et pleurer, et pleurer Miguel,

Et pleurer, et pleurer, sur la mer...

 

 

Duración: 5:02

 

 

 

GrupoMecano.com